L'Anorgasmie : Quand l'Orgasme ne vient pas ! 

"Rendez-vous compte que 70% des femmes de moins de 35 ans n'ont jamais eu d'Orgasme vaginal avec leur partenaire, alors même que celles-ci sont dotées de l'arsenal de jouissance le plus sophistiqué des 2 sexes. Mais qu'attendent les hommes pour apprendre ? "

Peine à Jouir ? 


La sexualité féminine est loin d’être compliquée quand on prend réellement la peine d’étudier le comportement de la femme. Si l’orgasme est naturel dans la sexualité de l’homme, c’est une toute autre histoire chez la femme.

Certaines femmes peuvent être en activité sexuelle et ne jamais connaître le plaisir ultime, l’orgasme. En effet, près de 70% de femmes n'atteignent pas d'orgasme pendant l'acte sexuel, qu’elles ressentent ou non du plaisir.

L’absence de l’orgasme chez certaines femmes est un réel problème qui à terme, peut détruire bien des couples. Quelles sont donc ces problèmes qui peuvent empêcher une femme d’avoir un orgasme ? Par ailleurs, comment se manifestent-ils chez la femme ?


Le plaisir chez la femme : orgasme clitoridien VS orgasme vaginal


Le plaisir de la femme… l’élément quasi indispensable pour une relation sexuelle satisfaisante. Pour l’atteindre, il est possible de stimuler le clitoris ou le vagin.

Le clitoris est l’organe du plaisir sexuel de la femme, c’est le petit gland visible au dessus des petites lèvres.  Pour stimuler cette zone, il faut y aller tout en douceur, tendrement et sensuellement. Les femmes elles-mêmes peuvent rapidement se donner du plaisir en se faisant des petites caresses sur cet organe, en se masturbant manuellement ou en se servant d’un jouet sexuel. Bien évidemment, les femmes préfèrent le plaisir procuré par les caresses de leur conjoint, d’autant plus que les femmes atteignent plus facilement l’orgasme clitoridien. Comment procurer un orgasme clitoridien ? Pour maximiser le plaisir procuré par des caresses clitoridiennes, il faut toujours lubrifier les doigts, soit avec de la salive de la langue amoureuse de l’homme, soit avec un lubrifiant classique avant de commencer les caresses dans cette zone. Pour les caresses, il faut juste effleurer le dessus des lèvres et effectuer des petits  mouvements circulaires ou des mouvements de haut en bas.

Le clitoris sera stimulé et la femme pourra connaître un immense plaisir. L’orgasme clitoridien se manifeste par des contractions musculaires, l’augmentation du rythme cardiaque et le frémissement du corps. Que se soit par pénétration ou par attouchement, il faut noter que la femme est extrêmes sensible  et son plaisir s’amplifie au cours de l’acte sexuel. Connaître le corps de sa partenaire très important si on veut l’envoyer au 7e ciel.


Contrairement au clitoris, le vagin ne devient un organe de plaisir au fil des années.

Aujourd’hui, il est considéré comme de symbole de la sexualité féminine. L’orgasme vaginal est considéré comme le plus long et le plus intense. Plusieurs femmes ignorent son existence. Une faible proportion de femmes seulement  reconnait l’orgasme vaginal ceci dû au fait que pendant les rapports sexuels le clitoris est généralement stimulé  au même moment, et là, tous les plaisir sont confondus. L’orgasme vaginal est plutôt rare et dur à atteindre, encore faudrait-il savoir comment le déclencher! L’orgasme vaginal serait déclenché par une stimulation d’un point G du vagin. Ce point G existe chez toutes femmes.


Stimulé, ce point G crée chez la femme une réaction profonde et intense de plaisir qui dure longtemps et peut donner lieu à l’éjaculation féminine. Ce point existe bel et bien. Pour le trouver, il faut insérer deux doigts dans le vagin et appuyer légèrement en allant vers la direction de la vessie. Quand on ressent qu’on se trouve dans une zone légèrement granuleuse, exercer une pression. Si la pression exercée provoque une envie d’uriner chez la femme c’est que vous êtes exactement au point G.


Le point G peut être atteint par la pénétration (surtout dans certaines positions). Pendant les ébats sexuels, si le point G est stimulé, il provoquera une vague torrentielle de plaisir et de sensation de bien-être chez femme, qu’elle manifestera d’ailleurs haut et fort.


Quand l’orgasme n’arrive pas…L’anorgasmie

La sexualité de la femme est riche et subtile.


Plus on s’intéresse au fonctionnement de l’organisme féminin et plus on s’aperçoit que la sexualité de la femme est un long sentier fragile plein de mystère et d’incompréhension. L’orgasme est une période d’excitation générale accompagnée d’une jouissance.

C’est l’instant ultime de plaisir lors de l’acte sexuel. L’anorgasmie est l’absence d’orgasme. La femme éprouve du désir pour son compagnon, elle éprouve même du plaisir durant l’acte sexuel mais au final ne parvient pas à avoir un orgasme. Le sexothérapeute Alain Héril dit qu’un orgasme s’atteint au bout de  03 phases : la phase de désir, la phase de plaisir et la  phase de plateau.

Les femmes qui ne connaissent pas d’orgasmes se limitent à la phase de plateau et ne connaissent pas le plaisir de l’orgasme. Elles peuvent tout de même ressentir un plaisir intense mais différent de la déferlante d’une vague orgasmique. Les causes de l’anorgasmie sont généralement liées à une maladie, mais peuvent aussi avoir pour origine des troubles psychologiques, émotionnels ou physiques.

Il ne faut surtout pas négliger l’incapacité d’une femme à atteindre un orgasme et en conclure qu’il s’agit juste d’un problème passager ou encore de simples troubles physique.

Non, si une femme n’arrive pas à connaître d’orgasme, une consultation chez un sexologue ou un sexothérapeute peut se révéler nécessaire. Lorsque l’orgasme n’arrive pas, les causes peuvent être très variées (psychologies, physiques ou techniques) :

  • Les problèmes psychologiques. Le caractère personnel, le stress et l’expérience de la vie peuvent être autant d’éléments qui empêchent une femme d’avoir un orgasme. Ces facteurs sont déterminants dans la vie sexuelle d’une femme. Les expériences de viol ou de violence sexuelle vécues pendant l’enfance ou dans le foyer conjugal peuvent créer chez la femme un blocus qui l’empêchera de s’épanouir durant ses futures activités sexuelles. On recense de plus en plus de femmes avec troubles sexuels ayant eu à subir un trouble émotionnel, un traumatisme ou un choc dans le passé. De plus, certains tabous sexuels, ancrés dans les mentalités et dans certaines cultures peuvent être aussi des freins à l’atteinte du plaisir chez la femme. La peur de l’intimité et l’anxiété peuvent empêcher la lubrification naturelle du vagin et du coup les rapports sexuels deviennent douloureux. Les tensions, les conflits au lieu de travail peuvent engendrer un dysfonctionnement sexuel. Le stress peut être un facteur contributif à l’incapacité d’atteinte de l’orgasme. En outre, la dépression, le surmenage, la vie trépidante moderne peuvent également avoir un certain impact sur la vie sexuelle. Pour s’en sortir, une thérapie pourra être envisagée. Une thérapie pour se débarrasser de certains blocages éducatifs et de tabous intimes susceptibles de nuire à la sexualité de la femme et l'empêcher de se laisser, d’avoir une vie sexuelle épanouie
  • Les problèmes physiques. Les médecins ne le disent pas souvent, mais la prise des médicaments comme les contraceptifs, les antidépresseurs ou les tranquillisants qui sont des causes très fréquentes d’anorgasmie. Après la ménopause, environ 15 % des femmes éprouvent une diminution importante du désir sexuel due à cause des transformations physiques que subit leur corps, telles que la sécheresse vaginale due à un manque d'œstrogène qui rend parfois les rapports sexuels douloureux. Généralement, différentes maladies créent chez la femme comme chez l’homme un ralentissement du désir. Parmi ces différentes maladies, on peut citer le diabète, la sclérose en plaques et l'ablation de l'utérus ou d'un sein. La dyspareunie (pathologie qui se caractérise par les douleurs pendant les rapports sexuels) diminue aussi l’orgasme féminin. Par ailleurs, les douleurs ressenties par la femme durant les rapports sexuels peuvent gravement affecter le mental et créer un blocus au plaisir. Les affections des organes génitaux également contribuent au dysfonctionnement sexuel. L’alcool et la cigarette ont aussi un impact négatif sur la stimulation sexuelle. 
  • Manque d’apprentissage. Certaines femmes ne connaissent  pas forcement l’orgasme parce qu’elles ont des problèmes psychologiques ou physiques. Il peut arriver tout simplement qu’un manque d’apprentissage soit à l’origine du manque de plaisir et de l’orgasme. En effet, la femme met plus de temps à démarrer que l’homme, de ce fait, il faudrait que le conjoint ait suffisamment de patience et des caresses sensuelles pour pouvoir exciter sa partenaire. Certaines femmes sont réduites à ne pas connaître l’orgasme parce que leurs conjoints ne connaissent pas les techniques de stimulations, ne maitrisent même pas les zones érogènes de leurs femmes ou n’ont pas la patience d’attendre que la femme prenne du plaisir et jouisse.

L’absence du désir

C’est le désir qui emmène au plaisir.

C’est lui l’élément indispensable qui conduit au plaisir. Il faut avouer que l’absence de désir primitif est très rare, mais certaines femmes n’ont jamais eu de désir sexuel quels que soient les circonstances, les partenaires ou les fantasmes.

L’absence du désir d’une femme pour son partenaire est un problème qui peut empêcher la femme d’avoir un orgasme. Certaines femmes n’éprouvent que très peu de désir voire aucun pour leur partenaire. Dans ce cas, prenez garde, la rupture n'est pas loin. Nous vous conseillons de cliquer ici pour aller visiter notre site partenaire sur comment faire revenir son ex. Cette situation peut être temporaire ou définitive. Mais dans le premier cas de figure, pourquoi rester avec un homme qu’on ne désire pas ?

Si certaines femmes arguent que l’amour n’a rien à voir avec le sexe, il faut reconnaître qu’il y tient une place importante. La femme qui n’éprouve aucun désir ne peut pas être excitée et ne peut, de ce fait, connaître l’orgasme. Cette femme aura certainement des relations sexuelles, juste pour le plaisir de l’homme qu’elle aime.

Les femmes qui n’éprouvent pas de désir n’ont pas toujours réellement connu l’amour, la douceur et la tendresse des moments intimes. Ce qui arrive généralement c’est que ces femmes se retrouvent seules, car une relation peut difficilement survivre à une telle désharmonie et absence de plaisir sexuel. L’absence du désir ou le dénie du désir peut être due par exemple à un échec antérieur de rapport sexuel, à une maltraitance ou encore, à une violence sexuelle. Il n’en faut pas plus pour être dégoûtée du sexe et ne pas pouvoir vivre des expériences épanouissantes.


Quand les troubles se transforment en frigidité

La frigidité est l’absence d’excitation chez la femme. Il ne faut surtout pas confondre la frigidité et l’anorgasmie. Une femme anorgasmie ressent le plaisir, le désir mais n’atteint pas l’orgasme alors qu’une femme frigide n’éprouve aucun plaisir ni désir lors des rapports sexuels. La frigidité touche environ 10% de la population féminine.


La frigidité est souvent liée à une cause psychologique comme les conflits dans les couples, le manque de confiance en soit ou encore un traumatisme sexuel. Quelques fois la frigidité est d’origine physiologique : les problèmes hormonaux, le surmenage, les malformations organiques, l’épuisement, la neurasthénie, les réactions de certains comprimés peuvent en être la cause. En étant frigide, la femme ne ressent aucune sensation voluptueuse et même pendant la masturbation elle n’éprouve aucune sensation de plaisir. Généralement, on peut distinguer chez les femmes trois types de frigidité :


  • La frigidité dite normale lorsque la femme est bloquée par le comportement sexuel mécanique de l’homme. Ces femmes sont à la recherche de la sensualité, de l’affectivité mais ne sont pas satisfaites par leur partenaire, ce qui crée une barrière au plaisir. L’acte sexuel ne doit pas être bâclé, c’est un moment de fusion charnel et de partage sentimental alors il doit se faire lentement progressivement et avec émotion.


  • La frigidité anormale liée au trouble de la personnalité de la femme, c'est-à-dire un sentiment d’infériorité qui l’empêche de se détendre et s’épanouir dans les rapports sexuels. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la frigidité n’est pas héréditaire, aucune femme ne naît frigide mais l’éducation reçue dès l’enfance peut y concourir. Si dès lors l’enfant n’a pas appris à développer la confiance, la tendresse, l’affectif, si la mère n’avait que des discours antiféminisme dans son langage, la fille risque de ne pas développer sa sensualité. Des paroles destructrices l’habiteront et l’enfant s’enfermera dans le droit du non plaisir. La femme a besoin d’être en harmonie avec son homme pour que son corps fonctionne harmonieusement, mais elle a surtout besoin d’être en harmonie avec elle-même. La femme frigide anormale se sent dominée ou faible devant son partenaire, elle croit donc que la sexualité est une sorte de compétition dans laquelle il y a un dominateur et une dominée.


  • La frigidité accidentelle survient lorsque la femme vit avec un homme névrosé, agressif, nerveux qui n’arrive pas à lui donner le moindre plaisir lors de leurs rapports sexuels, et ce, même durant de nombreuses années.

Recevez Gratuitement : Votre Manuel de Langage Sensuel