La masturbation féminine

A quoi pense une femme lorsqu'elle se masturbe?

Masturbation féminine, les chiffres

La masturbation concernerait près de 85 % de femmes et serait le meilleur moyen d’atteindre l’orgasme. La pénétration par l’homme, elle, ne marche qu’une fois sur trois. (Rapport Hite 2013). Ces chiffres nous montrent que beaucoup de femmes, malgré ce qu'elles en disent, s'adonnent à la masturbation et qu'elles atteignent bien plus souvent l'orgasme en solo qu'avec un partenaire.

Malheureusement, les études sur la sexualité féminine restent peu nombreuses (les deux tiers des chercheurs dans le domaine sont des hommes).

Cependant, l’écart avec les hommes persiste : en 2012, 68 % de femmes confiaient se masturber régulièrement (elles n’étaient que 19 % en 1970) contre 87 % pour les hommes.

A quelle fréquence?

La majorité des femmes se masturbent sur une base régulière d'une fois par semaine.

Certaines femmes avouent se masturber par phase, c'est à dire, beaucoup pendant quelques jours et ensuite une période sans masturbation. Souvent ces phases masturbatoires intenses sont liées à des périodes de stress et d'anxiété. La masturbation est alors un moyen de se décharger d'une certaine tension.

Le désir sexuel féminin varie selon les fluctuations des hormones et on notera également que si les femmes mangent beaucoup avant leurs menstruations, elles ont tendance aussi à se masturber plus qu'à la normale pendant cette période.

C'est scientifiquement confirmé, de nombreuses études ont pu prouver que la libido augmentait à la fin des règles et atteignait son sommet au milieu du cycle pendant les jours de l'ovulation.

On dit qu'une femme avec une vie sexuelle très active aura tendance à se masturber plus régulièrement qu'une femme avec une vie sexuelle calme ou normale. 

La Masturbation féminine, un tabou?

Si la quête du plaisir en solitaire a longtemps été honnie avec promesse de damnation pour les hommes s’y adonnant, du côté féminin, la chose était tout simplement hors de discussion tant son idée insoutenable aurait épouvanté le diable en personne.

De nos jours, on parle de sexualité, elle fait vendre et elle fait partie de notre univers visuel quotidien de consommateur et pourtant certaines phrases telles que « s'amuser toute seule », « se faire du bien » ou « le faire » montrent bien que la masturbation féminine est bel et bien un sujet gênant et que le tabou subsiste malgré tout et discourir sur la masturbation reste beaucoup plus banalisé du côté masculin que féminin.

Il est clair que ce facteur varie beaucoup entre les différentes régions du monde.

Vingt siècles de culture judéo-chrétienne n'aide évidemment pas à dissoudre ce tabou en Europe ou encore aux Etats-Unis.

Et de nos jours encore, alors que rien dans les textes sacrés ne prouve que la masturbation soit immorale, le Pape a déclaré que « la masturbation est mauvaise » et les catholiques sont priés de ne plus se masturber.

En revanche, dans des pays comme, par exemple, le Brésil où la sexualité est considéré comme un sujet comme un autre, il y a moins de gêne à parler de masturbation féminine car la sexualité de chacun est affirmée et intégrée dans l'éducation à travers les diverses étapes de la vie. 

Sexualité féminine & porno

61% de femmes se disent excitées par le visionnement d’un film porno (Ifop/France, 2009). Mais contrairement aux hommes qui sont très sensibles aux stimulations visuelles, beaucoup de femmes sont cérébrales quand il s'agit de masturbation et elles ont besoin de stimulation ou des fantasmes proches de la réalité ce qu'elles ne trouvent pas toujours dans les films X.

Par ailleurs, un homme a tendance à se masturber pendant qu'il visionne un film porno tandis qu'une femme aura plus tendance à visionner le film sans se toucher et y repenser pour s'exciter quand elle se masturbera plus tard. Certains éléments du film seront changés à leur goût pour rendre la scène plus excitante. Pour les femmes, le porno servirait donc à lancer la machine à fantasmes pendant quelques minutes seulement et le cerveau ferait le reste par la suite.


D'ailleurs depuis quelques années, les films pornos destinés aux femmes sont de plus en plus nombreux. C'est une vision de la pornographie où la femme et ses fantasmes sont mis en avant.

Dans ces films,  une temporalité plus « crédible » est réintroduite pour montrer « l'avant et l'après du rapport sexuel ». Ces films offrent une alternance de plans entre de délicates palpitations charnelles et des instants plus crus. De plus, les acteurs sont très souvent des amateurs afin d'offrir un résultat beaucoup plus réaliste et spontané. 

Mais sinon à quoi pensent-elles lorsqu'elles se masturbent?

De manière générale, les femmes semblent plus cérébrales et utiliseraient beaucoup plus leur imaginaire érotique pour se donner du plaisir.

Il est très difficile de tirer des généralités car en terme de masturbation, tout est possible autant chez les femmes que chez les hommes.

Toute fois, il y a certaines catégories de fantasmes assez récurrents, vous trouverez ici les grandes catégories et tendances pour les femmes.


Des scénarios qui se rapprochent de la réalité

Tout d'abord, il semble que les femmes aiment fantasmer sur des situations réelles, sur des scénarios qui tiennent la route, sur des gens qu'elles connaissent de près ou de loin. Elles aiment se mettre en scène dans des situations de la vie quotidienne, des scènes banales qui tournent en scénarios coquins.

Autant dire que le scénario du livreur de pizza sexy n'est pas le fantasme le plus récurrent chez les femmes.

Souvent les femmes en couple pensent à leur conjoint, à des choses excitantes qu'ils ont faites dans le passé ou des fantasmes qu'ils pourraient assouvir dans le futur. La complicité du couple peut s'avérer une chose très puissante qui servira alors comme une bonne source de fantasmes en tout genre. Son désir reste focalisé sur son homme.


Pour d'autres,  la routine et le quotidien émoussent sa faculté à fantasmer sur l'autre. De ce fait, il y a aussi énormément de femmes en couple qui sont excitées par un scénario torride dans lequel elles trompent leur conjoint, cela ne veut pas forcément dire qu'elles passeront un jour à l'acte pour autant mais c'est cette notion de transgression de l'interdit qui rajoute de l'excitation à cet acte.


Le bel inconnu

Un grand classique assez récurrent reste le bel inconnu croisé dans l'immeuble ou dans la rue. Les femmes aiment jouer sur les ambiguïtés, les situations platoniques et intenses à la fois, les situations à priori pas sexuelles qui se transforment en rapports torrides. Les femmes ont tendance à fantasmer sur des hommes mystérieux, ambigus qui leurs résistent un peu et qui ne tombent pas tout cuit dans leur lit. 


La petite voix

Généralement, les femmes semblent beaucoup plus sensibles à une stimulation purement auditive comparées aux hommes qui, la plus part du temps, nécessite un support visuel. Et oui! Les hommes regardent, les femmes écoutent! Le déclenchement du désir et la stimulation du plaisir s'organisent très différemment chez l'homme et la femme. Les hommes sont plutôt réceptifs à tout ce qui est visuel et les femmes à ce qui est auditif.

Beaucoup de femmes avouent non pas voir des images mais être excitée par une voix pendant qu'elles se masturbent. L'excitation est déclenchée par des paroles d'amour, de désir, des compliments sur leur beauté. Cette voix peut donner des instructions très précises sur comment se masturber, quelles parties toucher ou encore leur dire des mots crus.


Un autre soi sexuel

La masturbation est nourrie par les fantasmes mais également par les frustrations.

Il est donc normal de se masturber en s'imaginant être différent de ce que l'on est physiquement et mentalement.

Pendant la masturbation, certaines femmes s'imaginent être plus affirmées sexuellement, imaginent des scénarios dans les quels elles osent des choses qu'elles ne feraient pas dans la réalité. Elles s'imaginent en train de céder à des pulsions sexuelles intenses sans penser à la raison.

Physiquement, il peut arriver qu'elles déforment la réalité, s'imaginer avec un corps différent, une plus grosse poitrine, plus fine ou encore imaginer leur conjoint avec un plus gros pénis. Il arrive aussi qu'elles pensent à des expériences sexuelles qu'elles estiment être ratées. Elles se rejouent ces moments en changeant certains détails pour que ce souvenir regrettable se transforme en une expérience érotique réussie.

C'est en quelque sorte le fantasme du soi sexuel parfait.


Narcisses

Certaines femmes semblent être très satisfaite de leur apparence et avouent se masturber devant leur miroir.

Elles utilisent leur propre image pendant l'acte masturbatoire pour s'exciter. Souvent, elles alternent entre la vision de leur reflet dans le miroir et des scènes érotiques qu'elles imaginent, des scénarios qui les font fantasmer.


Efficacité masturbatoire avant tout

Pour certaines la musturbation est une pure necessité physique, arriver à l'orgasme est le but ultime et elles se concentrent pour prendre leur pied.

Le but étant de maximiser leur plaisir et soulager leur trop-plein sexuel, elles ne pensent pas forcément à quelqu'un ou à quoi que ce soit mais tentent de faire le vide ou se concentrent sur leur respiration. Ces femmes-là recherchent l'efficacité et connaissent souvent bien leur corps et savent comment atteindre l'orgasme en étant plus tôt technique.


L'atmosphère parfaite pour se mettre en condition

On verra rarement un homme allumer des bougies pour se masturber.

Et bien, certaines femmes ont besoin de créer un cadre sexy pour se masturber et arriver à l'orgasme, une atmosphère qui les mette à l'aise pour ce moment intime.

Dépendamment de leur goût et de ce qu'elles estiment être une atmosphère sensuelle, elles vont mettre en place leur petit arrangement qui va les aider à prendre du plaisir comme mettre une belle musique, quelques bougies sur la baignoire, tamiser les lumières...

Il arrive aussi qu'elles s'imaginent dans un lieu qu'elles aiment et dans lequel elle voit quelque chose de sensuel et d'érotique. Cela peut-être sur une plage au sable chaud, dans la nature, dans un château d'une autre époque, dans un pays lointain et mystérieux, dans un endroit où elles ont un souvenir sexuel intense.


Conclusion masturbatoire


Les hommes et les femmes pensent généralement à des choses très différentes lorsqu'ils se masturbent.

Peu de femmes savent se contenter d'une simple stimulation visuelle comme une image ou une vidéo porno pour se masturber et atteindre l'orgasme. Les femmes ont besoin d'une base de fantasme réelle sur laquelle elles rajoutent des éléments fictifs qui sortent de leur imaginaire érotique nourri par diverses sources.

Ce qui est donc important c'est d'être bien au clair avec cet imaginaire et savoir précisément les domaines érotiques à développer, ceux-ci sont différents pour chaque femme.


Ce qui est sûr c'est qu'il n'y a rien de mal à se masturber et c'est quelque chose que les hommes et les femmes devraient assumer car cela permettrait d'échanger plus d'avis et d'en apprendre plus à ce sujet dans une ambiance décontractée et sans culpabilité. Le problème avec les sujets tabou, c'est que puisque personne n'en parle, les informations sont très restreintes et il est difficile d'avancer en terme de recherche et de compréhension. Lorsqu'un sujet reste tabou, il engendre l'incompréhension et même la peur. Tout le monde se masturbe, c'est quelque chose de tout à fait normal et sain. Pour commencer à casser ce tabou, il faut apprendre à parler de masturbation avec ses partenaires, expliquer ce qui vous excite et à quoi vous penser quand vous vous masturbez. Cet échange risque de pimenter vos relations et vous permettra de mieux communiquer sur vous même et votre imaginaire érotique et de découvrir également les fantasmes de vos partenaires.


Se donner du plaisir et atteindre l'orgasme s'apprend. Chaque personne est différente et pour bien se connaître et comprendre son corps, il faut de la pratique.  C'est pour cela qu'il est très important de prendre son temps et d'apprendre à connaître ses zones érogènes, de développer un imaginaire érotique propre à chacun et d'en parler avec ses partenaires.

L'expérience n'en sera que plus réussie et excitante.

La masturbation est comme un prototype de la sexualité, comme une expérience primaire fondamentale, comme une étape maturative nécessaire et même comme un outil thérapeutique permettant par exemple aux femmes d’expérimenter l’amplification vaginale du plaisir clitoridien.

Surtout ne jamais oublier qu'autant pour les hommes que pour les femmes, la masturbation est  nécessaire à une vie sexuelle épanouie. 

Recevez Gratuitement : 

Votre Manuel de Langage Sensuel

Orgasme féminin